0

La reprogrammation moteur est-elle légale ?

reprogrammer un moteur de véhicule

Actuellement en Belgique, de nombreux conducteurs s’adonnent à la reprogrammation moteur. Notamment pour avoir un contrôle plus strict sur la consommation de carburant. De nombreux annonceurs n’hésitent pas à en faire la promotion à travers des pages de publicité. En Belgique, aucune loi n’interdit la reprogrammation moteur. Difficile de savoir quelles sont les limites à cette reprogrammation. Explications.

Un moteur reprogrammé peut-il passer le contrôle technique ?

Le service public de Wallonie se rend compte que de plus en plus d’automobilistes reprogramment leurs moteurs. Ce processus signifie, plus de puissance, une meilleure motricité et surtout une économie de carburant. Aucune loi sur la reprogrammation moteur en Belgique n’est clairement définie. Selon l’institution belge, qui est en charge du contrôle technique (GOCA), la reprogrammation moteur est indétectable lors des contrôles périodiques.

Le vrai problème qui se pose, c’est au niveau de l’assurance. L’enseigne d’assurance base ses facturations en fonction des kW. Il est essentiel de tenir l’assureur au courant des modifications que vous avez faites à votre moteur. Cela évitera d’avoir l’assurance contre vous dans le cas d’un accident ou d’un sinistre.

À la suite d’un accident, la puissance de votre voiture sera vérifiée pour éviter qu’il n’y ait une fraude. Pour les établissements d’assurance, certains accordent une assurance pour une augmentation de puissance de 10 % maximum. Aller au-delà, les assureurs se montreront réticents à octroyer le document nécessaire. Bien entendu, la prime d’assurance sera plus conséquente, suivant la nouvelle puissance de votre véhicule.

Sans déclaration, la reprogrammation devient illégale

Reconfigurer sa puissance d’un moteur n’est pas sans risque. De nombreux conducteurs sont tentés par l’achat d’un véhicule de petite cylindrée, pour ensuite optimiser au maximum son rendement. La manœuvre est très claire, le conducteur obtient une voiture plus puissante, mais payera la même taxe que pour la petite cylindrée originelle. Un petit moteur de 1,6 litre de 104 ch qui en développe maintenant le double, cela a de quoi réjouir.

C’est un choix stratégique, car pour une grande majorité, qui ne peut se payer une voiture de sport, l’opération est rentable. Aucune trace visible. Avec une voiture d’environ 104 ch, le propriétaire ne paye qu’une taxe de 123 euros. Mais il en paiera le triple si cette voiture venait à être déclarée. La reprogrammation d’un moteur devient illégale, si le propriétaire ne déclare pas les faits.

Une assurance fragile

Si vous ne déclarez pas les modifications que vous avez effectuées, votre compagnie d’assurance est en droit de refuser toute indemnisation en cas d’accident. Une forte amende peut également être demandée. Une amende allant de 100 à 1250 €.

Un autre danger, plus technique, la voiture ne pourra supporter autant de puissance pour longtemps. Une voiture est conçue suivant la puissance du moteur qui va l’équiper. Par exemple si vous obtenez un gain de 150 chevaux supplémentaires, il est aussi nécessaire de revoir tout le système de freinage, car la voiture est inadaptée pour la gestion d’un tel gain de puissance. Reprogrammer son moteur ne doit pas se faire au hasard, mais tient compte de toutes les limites techniques de la voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *